Retour aux articles

Portraits croisés : le thé & le vin24 décembre 2015
Actualités - par Benoit Chavanne

Carrefour entre la route des thés et la route des vins… La vigne et le théier,  entre l’enivrement et le bien-être.

Si je vous dis… Polyphénols ? Tanins ? Antioxydants ? Arômes ? Terroirs ? Rouge ? Blanc ?

Du vin, oui mais aussi du thé !

A eux deux ils incarnent une culture, des terroirs, des traditions, un savoir-faire ainsi qu’un art de vivre très précis… Bus avec modération, ils seraient même les gardiens d’une bonne santé… Issus de la même plante, le théier, les thés n’ont pourtant pas les mêmes goûts… Comme pour le vin, il y a une nuance dans la fabrication…

Thés verts, noirs, blancs, jaunes, rouges… C’est le degré d’oxydation des feuilles qui fait tout !

Les couleurs du thé ne dépendent que d’un facteur : le taux d’oxydation du thé, souvent appelé à tort « fermentation ».

L’oxydation est le phénomène qui entraîne le noircissement des tissus végétaux par l’oxygène. Cette oxydation se fait par la chaleur et la lumière.

C’est entre autre pour cela qu’un thé de haute montagne sera moins oxydé qu’un thé de campagne, étant donné qu’il fait moins chaud en altitude.

De même, un thé d’été sera plus oxydé qu’un thé d’automne à traitement égal.

Le secret du thé vert : il s’agit d’un thé non oxydé. On flétrit et on chauffe simplement ses feuilles pour qu’elles ne s’oxydent pas, avant de les faire sécher.

Le secret du thé blanc : il subit une très légère oxydation, ses feuilles sont seulement flétries et chauffées.

Le thé noir quant à lui est beaucoup plus oxydé.

Vigne et théier
Un champ de vigne français / La cueillette du thé au Kenya

 

Parmi les principales étapes de la fabrication du thé :

  • La cueillette
  • Le flétrissage
  • La dessiccation (thés blancs, verts, jaunes, oolong)
  • L’oxydation (thés noirs, oolong, jaunes)
  • Le roulage
  • Le séchage
  • Le triage ou tamisage
  • La cuisson finale ou torréfaction (thés noirs, oolong)

Chez nos amis les producteurs de vins on retrouve :

  • Récolte/Vendanges
  • Broyage et pressage
  • Fermentation
  • Clarification
  • Vieillissement et embouteillage

Chez ces deux boissons, il y a tout un travail en amont, fait en plusieurs étapes, minutieusement, c’est ce qui fait la particularité, la rareté et ce qui justifie le prix de certaines bouteilles et certains thés…

Finalement, leur plus grande différence c’est l’alcool…

Chez Hubris on adore le thé fumé Lapsang Souchong avec ses parfums de cuir et de bacon grillé idéal pour bien se réveiller…

 

thés

 

« J’aime le thé : c’est une communion intemporelle entre le corps et l’esprit  »  Tracy Chevalier, écrivain

 

Anaïs Bigot


Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.